Drood de Dan Simmons

Drood (2009) de Dan Simmons, traduit par Odile Demange…

Le résumé de l’éditeur: 9 juin 1865. Le train qui ramène Charles Dickens à Londres déraille. Sur les lieux de l’accident, l’écrivain croise un mystérieux personnage : Drood. Créature spectrale, hallucination, obsession… Il guidera Dickens dans sa lente déchéance. Ami de l’écrivain et témoin de sa chute, Wilkie Collins tente d’en comprendre les raisons.
Les bas-fonds de Londres feront office de cathédrale pour célébrer la veillée funèbre.

Attention pavé !!! 1200 pages dans le Londres de Charles Dickens et du moins connu Wilkie Collins, un Londres mystérieux, sombre, glauque, criant de réalisme. Voila ce que nous propose Dan Simmons avec Drood. Une biographie du plus grand auteur anglais avec un focus sur les 5 dernières années. Mais Drood va au-delà d’une simple exposition des faits car l’auteur va se servir du mystérieux dernier roman inachevé de l’Inimitable (Le Mystère d’Edwin Drood) et des zones sombres d’une biographie officielle. Dan Simmons s’attèle à chercher, à la limite du fantastique, des réponses aux questions en suspens. 

Pas très à l’aise avec l’histoire en général, en littérature, cela ne me pose pas de problème tant je privilégie la cohérence, le rythme ou le style plutôt que le vrai. De plus, je ne connais ni l’oeuvre du Grand Charles Dickens ni les vicissitudes de sa vie personnelle. J’ai lu Drood comme un très bon roman fantastique. On ne sait jamais où on se trouve, entre le rêve/cauchemar et la réalité. Dan Simmons se sert du fait que ses personnages principaux sont des écrivains pour mettre en abîme les situations. Il doit y avoir des clés pour comprendre le roman, ses mystères et les intrigues.

À ce niveau là, une bonne connaissance des oeuvres de Charles Dickens est un plus indéniable pour faire la différence entre l’historique et le romancé et aussi savourer l’enchevêtrement subtile du vrai et du faux. De mon côté, je ne voyais que peu de biographique mais je me trompais et je m’en suis rendu compte en lisant rapidement la biographie succincte de Charles Dickens que je me suis largement trompé. Dan Simmons a effectué un travail documentaire colossal, doublé d’un talent romanesque indéniable. Ce qui donne une oeuvre assez rare.

Dans Drood, Dan Simmons est allé chercher dans les interstices, dans les zones noires du passé pour imaginer les possibles. Et ça, c’est très fort. Mais il y a un bémol à vouloir respecter la réalité historique, c’est de ne pas travestir le factuel. Et c’est sur la fin que j’ai eu cet effet déceptif car j’ai senti tout le potentiel de cette histoire, tout au long du roman. Dan Simmons est joueur, il titille son lecteur, lui propose des possibles, des parallèles alors j’ai fait des hypothèses, développé des théories mais il s’avère que Dan Simmons n’a pas trahi l’Histoire et nous laisse ainsi, avec notre romanesque grandiose en suspens, pour recoller au factuel avéré. C’est après coup que je me suis dit qu’il n’était pas possible de faire autrement.

Drood est un roman qui navigue entre les genres avec une délectation certaine et Dan Simmons a su, encore, m’embarquer dans son étrange univers à la fois cultivé (érudit) et populaire.


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

18 comments to “Drood de Dan Simmons”
    • Je voulais lire Terreur en premier (les 2 sont en PAL) puis au dernier moment, j’ai basculé vers les 1200 pages de Drood. Courageusement. 😉 Et je le regrette pas, je me régale.

  1. En début de volume,la forte thématique de l’accident de train s’inspirant de la vie de Dickens se retrouve dans une nouvelle intitulée « Le signaleur » (in « histoires de fantômes » Presses Pocket 1463). Elle vaut le détour après avoir lu « Drood ». Elle devrait être aisément trouvable en ebook libre de droit.

    • Je le connaissais plus dans le registre de la SF (Ilium, Olympos, Hypérion, Endymion) ou très « divertissement » (Flashback, L’épée de Darwin et L’échiquier du mal). Le côté historien, je le découvre et il me plaît aussi en flirtant avec le fantastique.

    • je lirais Terreur avant car en plus, il est fait référence de cet évènement au début de Drood. Mais tous les autres Simmons sont sur ma wish, évidemment!

    • Aveline, je lirais Terreur (il est dans la PAL) avant car en plus, il est fait référence de cet évènement au début de Drood. Mais tous les autres Simmons sont sur ma wish, évidemment!

N'ayez pas peur de commenter