Bondrée de Andrée A. Michaud

Bondrée (2013) de Andrée A. Michaud, Prix Saint-Pacôme du roman policier 2014, Prix du Gouverneur général 2014, Prix Arthur-Ellis 2015, Prix des lecteurs Quais du polar/20 minutes 2017, Prix SNCF du polar 2019…

Le résumé de l’éditeur: À l’été 1967, une jeune fille nommée Zaza Mulligan disparaît dans les bois entourant Boundary Pond, un lac situé à la frontière entre le Québec et le Maine, rebaptisé « Bondrée » par un trappeur qui y avait vécu une tragique histoire d’amour. Les recherches s’organisent et Zaza est bientôt retrouvée morte, la jambe prise dans un piège à ours rouillé. L’enquête conclut à un accident. Mais lorsqu’une deuxième jeune fille disparaît à son tour, l’inspecteur Michaud se dit que les profondeurs silencieuses de la forêt recèlent d’autres pièges…

Roman qui semble avoir eu son petit succès dans mon club de lecture, avant mon arrivée, je découvre que Bondrée est dans ma PAL, indirectement puisque c’était un cadeau fait à ma femme par un de ses frères. Ne connaissant pas l’autrice Andrée A. Michaud, enthousiasmé par une couverture réussie, je me lance dans ce roman noir (c’est écrit sur la couverture).

Notez bien que l’éditeur n’a pas choisi de parler de thriller, très vendeur pourtant, mais qui serait trompeur pour ce roman. Bondrée est plutôt un roman d’atmosphère. Atmosphère déjà lu un grand nombre de fois. Vous voyez une forêt, aussi belle qu’angoissante. Vous voyez un lac. Vous voyez le chasseur solitaire, isolé, épouvantail fantasmagorique. Vous voyez les jeunes et jolies filles assassinées. Vous voyez la population locale entre peur, colère et suspicion. Rien de nouveau donc.

C’est le style d’Andrée A. Michaud qui est à noter. Le roman se lit bien mais avec lenteur. Il n’y a pas de dialogue, peu d’actions. Bondrée est un roman d’impressions, de sensations, de ressentis.

J’ai été plutôt déçu car je crois que j’attendais beaucoup plus… original, ou différent. L’intrigue se traine, se cherche sans que l’atmosphère, les paysages, l’ambiance prenne une place à part entière. Cela manque de caractère à mon goût. L’intrigue se traine mais reste très honnête pour le genre. Beaucoup de personnages interviennent et il m’a été assez difficile de m’y retrouver ce qui donne un flou pendant un certain moment.

Bondrée se déroule dans les années 70 et je ne comprends pas l’intérêt car à part l’absence des téléphones portables, j’ai trouvé assez maladroit les rappels de l’époque.

Bondrée d’Andrée A. Michaud est un roman noir un peu à la marge. Il peut séduire certains lecteurs. Il peut en ennuyer d’autres. Il peut décevoir, comme ce fût le cas pour moi, quand on s’attend à un peu trop suite aux avis de lecteurs enthousiastes.


Livrepoche.fr, un livre, une poche…

8 comments to “Bondrée de Andrée A. Michaud”
  1. Et bien moi j’ai bien aimé ce roman, pour son ambiance justement. Oui, c’est lent, et la résolution de l’énigme n’est finalement pas l’essentiel du propos, mais j’ai aimé cette écriture descriptive, mélancolique… Et les jolis portraits d’ados.

    • je ne suis pas contre les atmosphères mais là, je ne m’y suis pas retrouvé non plus. À la limite, ce sont les 2 disparus qui ont le plus de couleurs et m’ont bien plu dans leur insouciance adolescente.

  2. Les romans aux interminables descriptions me lassent de plus en plus. Et en lisant ton avis sur ce roman, j’ai le sentiment qu’il en regorge ; ce qui ne m’incite pas à vouloir le lire…

    • Il est pas spécialement descriptif non plus. L’action n’avance pas trop mais ce n’est pas pour laisser plus de place au description pour autant. Il y a d’autres lectures sur lesquelles tu dois te pencher de toute façon, tu n’a pas le temps pour ce roman.

N'ayez pas peur de commenter